Sebastien le Prestre de Vauban1

Brève biographie de Sébastien Leprestre de Vauban

La vie de Vauban commença le 1er mai 1633, si nous voulions jouer d’un anachronisme certain, c’est un signe pour ce travailleur acharné. Il voit le jour à Saint-Léger-de-Foucheret, aujourd’hui commune de Saint-Léger-Vauban dans le département de l’Yonne.

Il entre dans l’armée en 1651. Il sert notamment dans les rangs de Condé. Il est remarqué par Mazarin en 1653. Il est placé sous les ordres du chevalier de Clerville qui l’initie à la pratique du métier d’ingénieur du roi. Il participe à de nombreuses opérations et dirige les sièges les plus importants des guerres de Hollande et de la Ligue d’Augsbourg.

1024px Prise de Mannheim par les Français le 10 novembre 16881

Ce qui permet à Vauban d’avoir laissé une trace indélébile dans le paysage français, c’est l’amélioration ou la construction de citadelles. Il est nommé commissaire général des fortifications en 1678, lieutenant général en 1688 et est le premier officier du génie à recevoir le bâton de Maréchal de France en 1705.

Traité des sièges et de Vauban Sébastien bpt6k9764590j

Il est attaché au service des fortifications, il va prendre part aux sièges de Tournai et de Lille en 1667. En 1673, il propose à Louis XIV de « faire son pré carré », par une recherche d’une frontière linéaire facile à défendre. Cela inspire le tracé adopté à la paix de Nimègue en 1678. Il organise la « frontière de fer » autour du royaume, dont la pièce maîtresse est, à la frontière du nord, constitué par deux alignements de places couvrant Paris. Il doit renoncer à la fortification de la capitale qu’il a conçue comme un camp retranché entre deux enceintes (idée reprise en partie en 1840). En 1701, il rédige un traité de l’attaque des places où il résumait ses expériences. Il préconise l’attaque des places ennemies par les points faibles en établissant des parallèles reliées entre elles par des boyaux en zigzag, en tenant compte du terrain. Il rédigea également un Traité de défense des places en 1706. Parti du système du comte de Pagan, il le perfectionne progressivement en créant les célèbres trois systèmes. Il assure le flanquement des courtines par des tours bastionnées, afin d’y augmenter l’artillerie. Au total, il va construire 33 places fortes et en aménager 300, tant sur les côtés que sur les frontières terrestres.

Mis à part ses réalisations de poliorcétique, Vauban conçoit d’autres projets d’envergure dont plusieurs ports français. Il réalise aussi le canal des Deux Mers, l’aqueduc de Maintenon. Il s’intéresse également au perfectionnement des techniques d’attaque. Ainsi, il équipe l’infanterie de fusils à baïonnettes. Il écrit de nombreux mémoires dont un, la dîme royale, qui lui vaut une certaine disgrâce. Il s’agit d’un impôt unique dont personne ne pourrait être excepté.1024px Carte Aqueduc Royal Maintenon 16871

Vauban meurt en 1707 en laissant derrière lui l’image d’un voyageur, d’un ingénieur, mais surtout d’un homme que nous pouvons considérer comme un humaniste. Ses mémoires sur le dénombrement de la population ou la façon dont on pouvait faire de l’élevage efficace pour nourrir les sujets du roi, en fait un homme qui pouvait avoir des projets d’avant-garde.